fl Schweizerische Polyarthritiker Vereinigung - Tableaux cliniques - Kristallarthropathien
Schliessen

Login

DE   FR   
Logo SPV
Mobile Menu
Kontakt
Suche
Mitglied werden
Groupes régionaux
Trouvez des patients dans votre région
Manifestations
Découvrez les manifestations de l’ASP et des groupes régionaux
Études
Trouvez des informations sur les études récentes
< Retour aux tableaux cliniques

Arthropathies microcristallines

Définition

La goutte et la chondrocalcinose (pseudogoutte) font partie des maladies métaboliques. L’irritation de la membrane synoviale par des cristaux que le corps ne parvient plus à éliminer en quantité suffisante en raison d’un métabolisme perturbé est caractéristique de ces affections.

 

Apparition

Les perturbations des voies métaboliques peuvent elles aussi provoquer des inflammations des articulations (comme l’hémochromatose ou l’alcaptonurie). Il convient de distinguer la déficience de l’excrétion de l’acide urique (forme la plus fréquente), d’une part, et la goutte, d’autre part, qui peut être déclenchée par une fonction rénale réduite, des tumeurs (dégradation des cellules) ou d’autres médicaments. Dans les pays industrialisés, les hommes sont plus fréquemment touchés que les femmes en vieillissant.

 

L’articulation infectée

Le diagnostic différentiel le plus important est celui de l’articulation infectée (arthrite septique).

 

Troubles

En cas de crise de goutte, le patient ressent de vives douleurs, bien souvent au niveau de l’articulation de base du gros orteil. D’autres localisations dans le système locomoteur sont toutefois possibles. Des symptômes généraux, tels que la fièvre, peuvent survenir. Un cas exceptionnel est la goutte tophacée, où les cristaux d’acide urique donnent une sensation de «nœuds» au toucher et peuvent pénétrer vers l’extérieur.

 

Et après?

Le diagnostic est posé au moyen de l’examen clinique, de la détermination des paramètres de l’inflammation dans le sang et par des procédés d’imagerie (échographie). Une ponction articulaire démontrant la présence de cristaux d’acide urique peut servir de preuve, mais n’est pas toujours absolument indispensable. Le taux d’acide urique dans le sang affiche souvent des valeurs normales après une crise de goutte aiguë.

 

Traitement

Le traitement d’une crise de goutte aiguë fait appel à des antirhumatismaux non stéroïdiens et à de la cortisone. Il est également possible d’administrer de la colchicine. Le froid appliqué localement permet de soulager les douleurs. De nouveaux médicaments, tels que les antagonistes de l’interleukine 1, sont très efficaces, mais pas (encore) autorisés en Suisse pour cette maladie.

 

Acide urique

La goutte chronique peut être traitée par des mesures non médicamenteuses, comme un régime approprié, par certains médicaments qui sont également administrés en cas d’hypertension ainsi que par des médicaments qui réduisent la formation d’acide urique ou favorisent son élimination. Le taux d’acide urique dans le sang sert de valeur de contrôle pour vérifier l’efficacité du traitement (et éviter, dans toute la mesure du possible, une nouvelle crise de goutte aiguë).

 

Prévention

Il est recommandé de boire au moins 2 litres d’eau par jour, de maigrir en cas de surpoids, de normaliser sa tension artérielle, de prendre beaucoup de vitamine C, de ne pas manger trop de viande, ni consommer trop d’alcool, de renoncer si possible aux sodas et de manger beaucoup de légumes et de produits laitiers (pauvres en purine).

 

Autres maladies à cristaux

La chondrocalcinose est provoquée par d’autres cristaux (pyrophosphate de calcium). Il s’agit d’une maladie qui survient à un âge avancé. Les femmes sont plus fréquemment touchées que les hommes. Elle peut atteindre plusieurs articulations simultanément ou alternativement. Une crise de chondrocalcinose ressemble fortement à une crise de goutte «réelle». L’échographie permet d’identifier les cristaux de pyrophosphate de calcium dans le cartilage articulaire. Des antirhumatismaux non stéroïdiens sont administrés en guise de traitement médicamenteux.

Login